Confinement et violences conjugales : restons vigilants.

Le confinement peut malheureusement avoir pour effet d’exacerber peuvent exacerber les risques de violences conjugales et intrafamiliales. Et afin de prévenir l’isolement des femmes confinées et de leur permettre de disposer des moyens pour dénoncer leurs agresseurs, le dispositif d’information et d’accompagnement des victimes de violences a été renforcé et adapté à ces circonstances exceptionnelles.

L’alerte en pharmacie
L’une des conséquences directes et constatées du confinement est la recrudescence des violences conjugales et intrafamiliales. Depuis le 26 mars 2020, une directive ministérielle permet à la victime de se signaler en pharmacie, un des seuls établissements autorisés à rester ouvert. Le pharmacien alerté pourra alors prévenir les forces de l’ordre, lesquelles doivent intervenir en urgence.
Selon le protocole défini dans cette directive, si le conjoint violent est présent au sein de la pharmacie avec sa victime, celle-ci pourra également prévenir son pharmacien au moyen d’une alerte codée, telle que « masque 19 », pour que celui-ci donne l’alerte en toute discrétion

Le 3919 : le numéro d’écoute gratuit et confidentiel
Le 3919 est opérationnel du lundi au samedi de 9h à 19h, les écoutantes de la FNSF maintiennent leur mission de soutien, de conseil, d’information et d’orientation. Le réseau des 67 associations Solidarité Femmes reste mobilisé pour faire fonctionner les centres d’accueil et d’hébergement .
Le 3919 est un numéro d’écoute et d’accompagnement essentiel mais en aucun cas un numéro d’urgence. En cas d’urgence, il convient de faire le 17, l’appel au 17 « Police secours » est opérationnel en permanence et déclenchera l’intervention de la police ou de la gendarmerie. Les commissariats de police et brigades de gendarmerie demeurent ouverts à l’accueil des victimes. Le trajet pour s’y rendre, au plus près de son domicile, est un motif légitime de déplacement dérogatoire (cocher la case « motif familial impérieux » sur l’attestation de déplacement dérogatoire).

Composez le "114" par SMS
Ce numéro d’urgence destiné aux personnes sourdes et malentendantes, est désormais accessible à toutes les personnes victimes de violences familiales pendant le confinement.
Pour entrer en contact avec cette ligne nationale gratuite, il suffira d’envoyer un message texte au 114. Ce numéro est accessible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Des agents de régulation réceptionneront ensuite le message et contactent le service d’urgence le plus proche : le Samu (15), la police ou la gendarmerie (17) ou encore les sapeurs-pompiers (18).

Le CIDFF 35 aux côtés des femmes en difficulté ou victimes de violence pendant le confinement
Même si ses locaux et ses permanences sont fermés pour limiter la propagation du COVID 19, le CIDFF Ille et vilaine est joignable :
de 9h à 12h au 06 84 59 78 75 ou par mail de 9h à 17h au cidf35.secretariat@orange.fr et sur facebook, cidf illeetvilaine.cidf.info

Plus d’informations sur le site du CIDFF ou en suivant ce lien (format PDF - 2.8 Mo).

Autres moyens de signalement :

L’accueil numérique est également assuré via les plateformes de signalement en ligne des violences sexuelles et sexistes : https://arretonslesviolences.gouv.fr/ ou https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Signalement-des-violences-sexuelles-et-sexistes

AIS 35 : Pour le ressort du tribunal judiciaire de Rennes : téléphone : 02 23 50 06 37 ou 06 51 29 98 56 | courriel : sas.rennes@ais35.fr 

France Victimes /SOS Victimes 35  : 02 99 35 06 07 tous les jours de la semaine de 9h à 12h et de 14h à 17h (un message peut être laissé sur le répondeur en dehors de ces horaires) | courriel : sos-victimes35@wanadoo.fr